Forum Club911.net                                  


Sortie Classik :Ardennes 01.02 - 09 - 2007
Contributed by Anonymous on 01 October 2007 à 21:24:33 CEST
Sorties
Sorties Ardennes Classic 2007 : 1 et 2 septembre. Samedi matin : Une sortie classique en Belgique…Certains trouveront l’idée saugrenue. On pourrait penser que ces sorties se font plutôt vers le sud à la recherche de contrées peu fréquentées, pour y trouver des routes sèches, un trafic inexistant, pas de Vélib, le moins de képis possible….. Mais bon, la barre ayant été placée très haut par A110 en Lozère, nos amis Belges avaient mis un point d’honneur à organiser la rencontre chez eux. Ils souhaitaient jouer à domicile, ce qui finalement n’était pas pour déplaire à la majorité.





Ardennes 2007

 

Nous partîmes de Paris à 4 grenouilles mais c’est à plus de 18, par un prompt renfort glané lors de nos arrêts ravitaillement que nous nous retrouvâmes place Ducale à Charleville-Mézières.

DSC_0089 .jpg DSC_0089 .jpg DSC_0089 .jpg DSC_0089 .jpg

DSC_0089 .jpg DSC_0089 .jpg


 

Nous étions accueillis par Lionel996, qui avait négocié serré avec les autorités locales un parking réservé et sécurisé devant la brasserie ou nous allions nous remettre de plus de 200 km rondement menés.

DSC_0089 .jpg     DSC_0089 .jpg 

Présentation des participants, échanges de poignées de main viriles mais correctes avec nos amis Belges, remise de l’autocollant spécialement édité à l’occasion par Oggy sur le compte du club, et arrive la surprise du week-end, avant même l’apéro, notre ami Fredbelgique…

Ce petit cachotier (co-organisateur de sortie de métier et brasseur par hobby),

vient se garer après tout le monde, certainement pour ménager son effet, au volant d’une 2.7l RS blanche raide neuve… Immédiatement, tous les participants se penchent sur la bête, scrutant sa carrosserie, détaillant ses entrailles tels des oracles grecs à la recherche des signes annonciateurs de la déculottée que nous allions prendre sur la route…

DSC_0089 .jpg

 

DSC_0089 .jpg DSC_0089 .jpg

Cherchant une porte de sortie face à la branlée potentielle qu’il allait nous mettre, et remarquant que les immatriculations avant et arrière de l’engin ne correspondaient pas, je demandais une mise aux voix de sa participation officielle à la sortie… Hélas!, les membres du club étaient trop en admiration devant la 2.7RS immaculée - à défaut d’être correctement immatriculée - pour prendre une décision qui aurait du être sévère, mais juste…

C’est vrai quoi, on ne participe pas à une sortie classique avec une voiture volée, il y a des règles à respecter…

DSC_0089 .jpg

Bien entendu, de telles montures et de tels pilotes ne pouvaient que contribuer un attroupement de badauds admiratifs, les hommes envieux faussement blasés et leurs femmes aux yeux insistant nous regardaient nous éloigner à l’intérieur de la brasserie, pendant qu’un prêtre, passant sur la place, décida de bénir les voitures qui allaient bientôt débouler le long de la Meuse telle des suppôts de Satan en recherche d’âmes fraiches.

Après le discours de bienvenue de Lionel996, le tour de table de Fredbelgique demandant si tout le monde avait vu sa voiture et l’arrivée de Vjim en provenance de la région bordelaise,  l’apéro et le déjeuner allaient nous remettre en piste pour la suite des festivités.

 

 

 

 

Samedi après midi :

Départ de la place Ducale en convoi. La rainette de kalamalo ébroue son moteur au travers de ces deux échappements, quelle couleur et quelle musique ! Immédiatement, certains pistards mal intentionnés que je ne nommerai pas tentent des intérieurs audacieux dans des ronds points étroits… Les fous partent devant, à l’assaut des routes ardennaises, se mesurer aux virages et jouer à celui qui lâchera le plus d’huile sur le pare brise du suivant.

 

Mention spéciale lors de ce concours pour Lionel996, suivi de très près par Roadking, au propre comme au figuré…

La rainette kalamaliène, l’aubergine d’A110, Daumas dans sa 2.2S et le Targa familiale de Phylippe suivent cette bande d’assoiffés partis à l’assaut de la brasserie des Flandres…

Pierre RS, qui n’est pas en reste, teste sa nouvelle monture, à la recherche des limites que son châssis, son moteur de S, ses freins, ses pneus mais aussi ses capacités de pistard veulent bien lui octroyer…

 

Phylippe est toujours aussi impressionnant de maitrise dans sa blanche Targa T. Ce chargé de famille, qui a chargé la sienne dans sa grenouille, suit sans difficulté les limeurs de bitume, avec femme, enfant et bagages à bord…Quelle leçon pour les vantards de tout poils qui se prétendent intouchable à grand coup d’optimisation moteur et réglage châssis…  

 

Pour notre part, nous nous calons avec mon copilote Doud derrière la 2.7 RS et Doud profite de l’absence de toit du Targa et du fait de pouvoir grimper sur le fauteuil passager pour mitrailler la 2.7 sous toutes les coutures… « Approches- toi que je la cadre mieux » me dit-il, et j’ai beau lui expliquer que je n’ai qu’une 2.4 E, il tient absolument à ce que l’on rattrape la RS…

 

Nous passons Deville, ainsi que Monthermé –dernier village Français avant la Belgique- bâti sur un méandre de la Semois. Cette vallée de la Semois offre des paysages vallonnés et sinueux, et c’est un plaisir de suivre la RS de Fred sur ces routes tournantes… Les accélérations d’un 2.7 RS ne sont pas une légende, le freinage et le son non plus, quel engin ! Bien que nous soyons sur la route des légendes de la Meuse et de Semois, Doud, notre lutin vert, ne se transforme pas et continue de mitrailler à tout va…

 

Suivi par le gros de la troupe, dont la très jolie 2.4T coupé de Luc993, la RS ouvre le bal, Monthermé, Hargnies, Vireux, les villages se suivent, la route des légendes tient ses promesses,  nous sommes entre amis, la journée est belle, cette sortie s’annonce bien…

Nous longeons la Meuse à partir de Givet, déclenchons la liesse populaire partout ou nous passons, attaquons de longues séries de courbes sur une route de bord de Meuse encaissée  au milieu de  versants abruptes et imposants.

Le paysage est magnifique,  Roadking et Lio ouvrent en grand, suivis d’une meute de chasseurs d’huile à l’affût…

 

Enfin !, le panneau Belgique apparaît dans nos pare brise comme le Graal attendu…Nous y sommes, nous passons l’ex frontière, nous venons défier les Belges sur leurs propres terres, nous passons enfin du coté obscur de la bière…

 

Nous continuons à longer la Meuse, nous arrêtons au château de Freyr, très bel exemple de la renaissance Mosane pour quelques minutes de détente…

Malheureusement, alors que nous étions tous garés ensemble sur le parking du château pour quelques photos, un énervé local n’a rien trouvé de mieux à faire que de démarrer façon sport avec son break dans le parking ou toutes nos grenouilles étaient garées. Cet abruti a bien entendu projeté moult gravier sur les véhicules garés derrière lui, et provoqué quelques éclats dans les portes… Il est  quand même dommage que ce genre de troll soit en circulation libre….

 Nous repartons en ordre de marche et  arrivons à Dinant, suivie d’Anhée ou nous quittons les bords de Meuse en direction de Philippeville, via la vallée de la Molignée. Le tout se fait à un train tranquille, les routes étant assez fréquentée le samedi après midi… et les enchainements de virages que nous apprécions sont souvent occupés par quelque caravane, camionnette ou touriste en goguette… Il est donc délicat dans ces conditions d’envoyer du gros…Enfin, c’est ce que certains se disent, d’autres, dont nous tairons les pseudos, ont une autre philosophie de la chose…

 

 

Le soleil étant au rendez-vous, les grenouilles roulant sans qu’aucun incident ne vienne gâcher cette belle ballade, Fred, faisant fi pour quelques instants du road book, décide de nous surprendre…Au détour de quelques virages, nous nous retrouvons à Cerfontaine, village spécialement fermé à la circulation par des barrières ce jour là, sauf à la circulation des Porsche… L’événement qui le justifie,  c’est l’ouverture d’un spécialiste Porsche – CD CAR - et nous arrivons devant son garage avec nos 23 classiques… Ou nous étions attendus…

Visite de l’atelier, démonstration de produits d‘entretien, le patron n’est pas avare en explications et nos grenouilles ont droit pendant ce temps à un nettoyage complet du pare brise par une charmante personne.

L’accueil qui nous est réservé est de premier choix, avec un pré-apéro composé de bière (la très fameuse super des fagnes), et de bière… Nous restons une bonne heure sur place… Avant de reprendre la route de Chimay et ensuite Couvin vers l’étape finale de la journée, la brasserie des fagnes.

 

Albert911, Pier et Oggy, chacun dans une S, sont devant nous et roulent à leur main, et il ne faut pas les perdre de vue les bougres, ils ne sont pas venus ici pour enfiler des perles…

Avant d’arriver à la brasserie pour hydrater les gosiers desséchés par une conduite sportive mais attentive de tous les instants (les vélos, les caravanes, les trainards, Roadking cherchant à doubler…) nous faisons une halte ravitaillement à la station Total de Couvin, pour remettre à niveau les réservoirs de nos grenouilles. Certains classiqueux peu familier avec les technologies modernes auront quelques difficultés à utiliser un automate à essence belge… Fred étant passé entre temps chez lui et ayant égaré sa 2.7 RS dans son garage, il en profite pour nous montrer sa 2.0 L S…

 

Même là où on ne « viens jamais par hasard »…il y a de superbes occases ?!!(*)

 (*)rajouté par DouD 

Samedi soir :

Nous garons nos fiers destriers sur le parking gazonné de la brasserie des fagnes.

Nos amis Belges nous rejoignant pour le diner sont déjà là : Alain993S, Bossboxter, Didje29, Karl24E, Oli964, Boxter-cat, gaspou911, Oli_911.

Petite visite de la brasserie de notre ami Fred, qui nous explique rapidement comment il fabrique de la bière. Une immense tablée nous attend sur la terrasse et nous commençons une petite dégustation de 4 bières différentes accompagnées d’une flamenkuche d’enfer.

Les retrouvailles sont festives, certains ne s’étant pas vus depuis longtemps.

 

 

En plein milieu de la dégustation, Doud nous annonce qu’il a perdu  sa carte mémoire sur le parking gazonné, et le voici parti avec le Prez ratisser l’intégralité du parking brin d’herbe par brin d’herbe pour retrouver toutes les photos prises dans la journée.

Revenu bredouille 20 minutes plus tard, Doud s’apercevra qu’il avait laissé la carte mémoire sur son sac de voyage qui l’attendait sagement sur la terrasse… Je passe sur le fou rire d‘Oggy et la tête du Prez découvrant la carte mémoire qu’il avait cherché à 4 pattes dans le gazon…

 

Après avoir gouté une partie de la production de la brasserie, il est temps de passer aux choses sérieuses, la flamenkuche nous ayant ouvert l’appétit.

Le thème du diner étant « les années 70 », nous devions nous habiller en conséquence… Heureusement tout était prévu, chacun avait apporté ses petites affaires « vintage » », et Fred avait aussi prévu du matériel pour ceux qui avaient décidé de voyager léger, ou n’avaient que des fringues modernes dans leur garde robe, ou n’avaient pas lu le post sur ce sujet, ou n’en avait tout simplement rien à secouer…

 

 Séparés par sexe dans la brasserie, les femmes en bas, les hommes en haut – comment ca c’est la disposition normale de l’espèce ? – nous passons nos frusques d’époque, et c’est toute la panoplie des années 70 qui se retrouve dans la salle devant une magnifique paella géante préparée par les bons offices de Fred.

 

 

Hippies, baba cool, légendes du rock, star du disco, tous ont répondu présent à l’idée du diner déguisé, et c’est une tablée hétéroclite qui fait un sort à la paella, en l’arrosant de bière, de vin ou d’eau selon les sensibilités…

 

Que dire des déguisements, si ce n’est que finalement certains sont mieux déguisés qu’au naturel, que Pierre RS avait retrouvé sa vraie virilité par l’apport d’une une simple perruque ?, que la chemise de Doud éclatait nos rétines comme du pop corn ?,  toujours est-il que les âmes de classiqueux se sont réveillées à la fête…

 

 

Pas en reste et parfaitement habillées, les compagnes dansèrent lascivement  devant les guerriers de la route, l’une d’elle n’ayant pas hésité à porter une mini jupe dont l’effet psychédélique voire hypnotique était garanti…

 

Heureusement, cette soirée de débauche et de stupre était placée sous la protection de l’armée française, qui avait détaché en territoire étranger l’une de ses meilleurs officiers des FSG (Forces Spéciales Gays), le dénommé Rico73.

 

Assis à un bout de table, œuvrant avec la discrétion qui sied à sa profession fonctionnarisée, il semblait échappé d’une gay-pride paléolithique. Habillé d’un gilet en poils de chèvres qu’il avait du négocier avec un pâtre grec en échange de caresses contre nature, il essayait de se fondre dans le groupe des vrais hommes.

Hélas pour lui, il fut rapidement trahi par sa dextérité à décortiquer du bout des doigts les crevettes de la paella belge, qui ne nous laissait aucun doute quand à ses activités nocturnes interlopes.

Il est vrai qu’au cours de la soirée il ne résista pas à l’appel de la chair et dès qu’il vu un vrai mâle sur la piste de dance, il se leva pour le rejoindre, pris d’une transe incontrôlable qui l’obligeait à vouloir se frotter le derrière contre le danseur qui n’avait pas demandé ça… Si si, ce qui est consigné dans ce compte rendu est la stricte vérité, la photo ci dessous n’est pas truquée ...

 

Quand à notre ami Kalamalo, attiré comme un aimant par la piste de danse, il  nous a fait une démonstration de moon-walk et de Saturday night fever, déguisé en Mort Shuman croisé avec un chihuahua…

A peine le diner terminé une photo de groupe est faite devant les futs de bière… Pierre RS en profite pour renifler le tuyau sortant de la cuve de décantation de la brasserie, et j’avoue qu’à partir de ce moment là il n’a plus été tout à fait le même…

L’effort produit par le groupe pour se tenir droit sur la photo réclamant récompense, tout le monde partit à l’assaut du comptoir de la brasserie…

D’aucun souhaitait éventuellement prendre un café, mais ce fut surtout la pompe à griotte qui débita pour le plus grand plaisir des classiqueux accoudés…Une  heure plus tard, Fred voyant ses futs se vider décide de fermer la boutique aux durillons de comptoir que nous sommes et de nous envoyer dormir dans un couvent réservé spécialement pour l’occasion…

Il n’est pas loin de 2H00 du matin, et il reste qq kilomètres à faire pour rejoindre notre lieu de repos.

 

La griotte fait sentir ses effets sur le parking, et notre ami Daumas, se croyant certainement dans un magasin de kilims, se prend à dessiner des arabesques avec sa 2.2S verte sur le gazon du parking. Une vingtaine de 8 plus tard effectués en première pour le plus grand plaisir des vers de terre locaux, il reprend ses esprits et se décide de suivre la procession de classiqueux se rendant au couvent…

La route brasserie – couvent est (presque) parfaitement rectiligne, évitant ainsi les mauvaise surprises. L’arrivée de nuit sans lumière prend les allures du débarquement de Normandie, et c’est vaille que vaille que chacun récupère sa chambre, enfin plutôt sa cellule monacale…

Les couples, les familles et les pistards étant enfin couchés, la troupe des classiqueux célibataires, encore verts malgré l’heure tardive, décide de partir à la découverte du couvent, à la recherche de quelque nonne égarée… Hélas, certainement prévenues par le prêtre qui avait béni nos grenouilles place Ducale, les nonnes ce sont donné le mot, et ont évité l’endroit pour la nuit…

A la recherche d’un palliatif, Vjim découvre une pièce avec des canapés profonds, une TV et un frigo de grande contenance rempli de bières…devinez laquelle... : la super des fagnes, ca pour un hasard ….c’est un hasard…

Les canapés se remplissent, les bières se débouchent, Doud confond la télécommande de la TV avec son tel portable… 5 minutes plus tard, après avoir composé plusieurs fois le même numéro sur la télécommande, il finit par reconnaître son impuissance à passer un coup de fil et décide de l’utiliser pour ce quoi elle a été conçue, allumer une TV.  En pleine recherche de chaînes, nous hésitons entre un film de boules soft et une retransmission de triathlon féminin. Aux voix, nous optons pour le film de boules soft… Les classiqueux sont avides de culture quand ils se déplacent à l’étranger….

 

Inspiré par les images, Doud décide nous raconter le jour ou il a vendu un caméscope à Tabatha Cash…. La décence m’interdit de raconter la suite…mais je peux vous assurer que ceux qui étaient couchés on raté quelque chose, hein les pistards ?

 

Entretemps, le Prez part explorer les alentours du couvent en combinaison de pilote et pieds nus sur le macadam…chevilles enflées, Sparcos trop serrées, griotte abusée ?, allez savoir…

A 2H25 du matin, le film de boule étant terminé, il ne reste plus que le triathlon féminin à nous mettre sous la dent, alors nous décidons de nous coucher.

Les portes des chambres ne ferment pas à clefs, des petits malins dont je préfère taire les pseudos décident d’entamer une « chounga » dans les chambres, le jeu consistant à rentrer dans une chambre et réveiller le pensionnaire en criant « chounga » !!!

Les pistards n’échappèrent pas à la règle, et même Roadking, pourtant épuisé d’avoir mené sa torpille jaune en tête des convois en bourre permanente avec Daumas, A110, Phylippe, PierreRS et Lionel, se fit réveiller deux fois…

 

Dimanche :

Dimanche matin, départ du couvent à 9h20…Les stigmates de la veille se lisent sur les visages des pilotes… j’attends Doud qui est encore au lit à l’heure du départ et AC964C4 attend son chauffeur Kalamalo qui doit découvrir les vertus réparatrices de la douche…

Nous partons direction la brasserie, ou nous attend un petit déjeuner roboratif. L’ambiance est calme, un sort rapide est fait aux croissants et pains au chocolat.

Un coup de chapeau à Pierre RS qui se présente au volant en tenue de bal en en tiags pour pratiquer le talon pointe en entrée de virage… accompagné par Eresse qui aussi est resté moumouté de la veille…

Un autre coup de chapeau pour le Prez, qui est resté nu sous sa combinaison de pilote, affolant ainsi  les quelques vaches que nous croiseront en serpentant sur les petites routes bordées de champs fleuris…

Quelque uns en profitent pour faire des emplettes de griotte, et Doud en prend une caisse complète, sans se demander auparavant si cela rentre dans le coffre avant d’une grenouille…

Trois nouveaux classiqueux se sont joins à  nous, Didje_29 et sa très belle 914, Pilote Jaune avec sa 2.0T préparée et 912 HP  dans sa superbe 912 Targa.

 

Lio propose de scinder le groupe en deux, les limeurs devant avec sa 2.4 targa lâcheuse d’huile et les touristes derrière avec Fred qui pour l’occasion nous a ressorti son Speedster… Excellente idée, si ce n’est que le groupe des touristes part devant le groupe des limeurs…

Le convoi s’éloigne du lieu de nos agapes du samedi soir, les derniers essayant de passer premiers et vice versa…

 

Entre Oignies et Fumay nous roulons derrière Vjim, Pier, le bidasse interlope, Kalamalo qui dégaze tel un tanker au large des côtes bretonnes à chaque levé de pied et le Prez…

 

Arrivé à Fumay – le nom du patelin est assez approprié en regard de la tenue de certains classiqueux- nous faisons une petite pause sur le pont traversant la Meuse, le temps pour tout le monde de faire quelques photos.

  

6 km après Fumay arrive un morceau de choix et nous voici attaquant un tracé de course de côte de 3km. Kalamalo enchaine les virolos devant nous, son train AR se permet quelques petites incartades sur la route glissante mais le talent du conducteur contrôle aisément les débordements de la machine…

Après cette récréation, nous continuons en convoi, croisant même A110 qui prend la route en sens inverse, officiellement pour prendre une vidéos de toutes les grenouilles en train de rouler, officieusement pour refaire une partie du road book qu’il venait de se faire bouchonner à cause d’une grenouille conduite par…. (Chut !! il a été  gentil avec moi sur le forum)

 

Arrivé à Vresse sur Semois, notre groupe fait un  stop apéro au bord de l’eau.

Mash sort le ti punch, Lionel les glaçons et le zizi coincoin –y a du citron dedans, et du cointreau – zi pour citron et coin pour cointreau pour les ignards qui ne savent pas ce qu’ils boivent…

Après le zizi coincoin, l’ami Didje_29 sort de sa 914 une boisson d’homme, le Peket framboise… C’est du brutal… Tellement brutal que notre ami Rico, rien qu’a en sentir les effluves, décide de vouloir faire ami-ami avec des canards…,

Rico s’étant pris de passion pour un canard femelle, le reste de la troupe décide de gouter aux joies d’un repos bucolique au bord de l’eau, un verre de boisson locale à la main, au soleil…

Les chips avalées et le dernier verre siphonné nous repartons vers Rochehaut, en appréciant la jolie vue panoramique sur la vallée de Semois.

Je ne sais pas comment sont composé les groupes de conduite devant et derrière nous, mais avec Doud, nous suivons 912HP dans sa 912 Targa rouge, lunette AR défaite svp -c’est vrai que ca a vraiment de la gueule-, ainsi que 964M dans sa très mignonne 356 SC noir de 90cv. Mash nous suis avec sa 911 E 2.2, et le train est assez rapide, je suis impressionné par le rythme de la 356 dans les virolos, comme quoi, le poids contenu, ca fait bien des choses, et le bougre au volant sait tenir son cerceau, c’est certain…

Doud, debout sur le siège, continue de mitrailler avec son appareil à 5 000 euros minimum qu’il a emprunté à son job  « mais qui est pas super pour les reportages d’action « Doud dixit, faisant fi des virages, du vent dans sa perruque et de tous les aléas qui peuvent survenir en Targa (chute de pierre, pigeon qui défèque, huile imbrulée projetée sur le pare brise par un moteur mal réglé etc. etc.…)

Nous repartons vers le Tombeau du Géant, qui j’espère ne sera pas le notre, ca tournicote, ca tourne sec, ca tourne dur, ca ne tourne pas en rond en tout cas…, les virages s’enchainent, la 356 SC envoie du bois et nous la suivons avec une banane jusqu’aux oreilles, c’est beau de voir un gars attaquer au volant d’une ancienne…

 

C’est l’heure du pic-nic en profitant de la magnifique vue depuis le Tombeau du Géant. A ce propos, qui a chanté que la Belgique est un plat pays, un Belge ?

 

Le pic-nic champêtre voit Fred ressortir les glacières de son Speedster, et oui, on peut caser deux glacières dans un Speedster… sandwich, rillette de poulet, pâté, fromage, fruits, boissons, tout est prévu pour rassasier nos classiqueux.  Ya pas à dire, l’organisation est au top… Après le dèj, le groupe se sépare, certains Bi qui faisaient les paons sur la route sont contraints de rentrer pour cause de bouchons prévus le dimanche après midi, Vjim le bordelais repart sur Bordeaux et 900 km l’attendent devant le pare choc de sa S aux ailes élargies…

  

Enfin débarrassé des bouchonneurs et des traînards, le convoi adopte enfin un vrai rythme…

Il fait beau, le soleil est de la partie, et nous passons une après midi délicieuse entre la Belgique et la France.

Nous sommes restés entre vrais burnés, puisqu’il ne reste que nos amis Belges, ceux du Nord, Mash, le Prez, Rico73 et Daumas.

Les 80 kms restant avant d’arriver au point final de notre périple sont avalés avec prestance et facilité.

Nous posons les classiques sur la place principale de Rocroi et déferlons sur la terrasse du bar du commerce,  buvons le dernier verre de l’amitié et félicitons nos amis organisateurs pour ce week-end d’une grande intensité sportive et émotionnelle.

Nous nous séparons non sans avoir lié auparavant connaissance avec un local peu loquace, mais qui a certainement apprécié l’animation que nous avions mise sur la terrasse du village…

 

Avant de fermer ce résumé, je tiens à remercier :

            

Les organisateurs Lio et Fred qui ont fait du super boulot.

Les dames pour leur patience et leur lecture précieuse du road-book : Nathalie la femme de Phylippe et son petit Baptiste qui a déjà hérité du coup de volant de son père, Muriel qui a accompagné Mash tout le week-end, Séverine qui a supporté le Prez et nos blagues vaseuses pendant 2 jours…

Et enfin tous les participants à cette fiesta mémorable de deux jours, à savoir :

 964M, Luc993, Oggy, Albert911, Roadking, Daumas, Phylippe, Karl24E, A110, Mash, Vjim, Kalamalo, Rico73, Pier, PascalT, Pilotejaune, PierreRS, 912hp, Didje-29, Eresse, Bern1575, Doud, Airald, Alain993S, AC964C4, Steff5L6…ainsi que les charmantes accompagnatrices...sans oublier le pitchou, Baptiste =)

 


Le romancier des Ardennes:

Flatazor

Les photographes:

DouD "le Jour"

  

Doud "La Nuit"

Steff5L6  "Statique" et Sev" On Board"

 

Cliquez sur l'image pour voir la suite des photographies
 

 
Liens connexes
· Plus à propos de Sorties
· Nouvelles transmises par staff


L'article le plus lu à propos de Sorties:
Salon Rétromobile de Bruxelles


Article Rating
Average Score: 0
Votes: 0

Please take a second and vote for this article:

Excellent
Very Good
Good
Regular
Bad



Options

 Format imprimable  Format imprimable

 Envoyer cet article à un(e) ami(e)  Envoyer cet article à un(e) ami(e)


[Accueil] - [Mode d emploi du site] - [Qui sommes nous?] - [Adhérer au club]

Ce site n est pas un site officiel du groupe Porsche, mais un site personnel
. Tous les noms et marques de produits ou autres marques cités dans ce site sont déposées par leurs propriétaires respectifs. Porsche®, 911®, Boxster®, Carrera®, Cayman®, Cayenne®, Targa®, Tiptronic®, Tequipment® sont des marques déposées de : Dr.Ing.h.c.F.Porsche AG.
Web site engine\'s code is Copyright © 2002 by PHP-Nuke. All Rights Reserved. PHP-Nuke is Free Software released under the GNU/GPL license.
_PAGEGENERATION 0.040 _SECONDS